Aperçu des sections

  • Résumé

    Retour sur 4 ans d’expérience d’une formation hybride en anglais niveau A2-B1 (2 semestres de 18h de présentiel à raison d’1h30 hebdomadaire sur 12 semaines ; mise en place d’un complément en ligne, que les étudiants travaillent à distance, entre les cours), évolution des modalités d’évaluation pour accroître l’implication des étudiants dans le dispositif distanciel, bilan et nouveau projet pédagogique.
    A l’origine de cette communication, le constat d’un décalage (croissant) entre l’enthousiasme des enseignantes / formatrices conceptrices de la formation hybride décrit ci-dessus et l’implication des étudiants dans le dispositif distanciel (implication mesurée par le nombre de devoirs rendus en ligne et le questionnaire soumis aux étudiants en fin de formation, implication comparée à d’autres formes d’implication des apprenants).


    A l’heure où les instances de l’Université encouragent la mise en place de dispositifs hybrides pour réduire le volume de cours en présentiel (ce contre quoi nous nous sommes ardemment battues), un bilan réfléchi s’impose. Comment accroître l’implication des étudiants dans les activités en ligne, de façon que la réduction du présentiel ne représente pas un déclin de la formation ?

    Après un rappel du contexte de la formation et une brève présentation des activités proposées en ligne dans le cadre de ce dispositif, il s’agira de résumer les problèmes rencontrés et les solutions apportées, notamment à travers l’évolution des modalités d’évaluation au cours des quatre années, avant d’envisager un dispositif d’une autre nature, à visée co-constructive et collaborative.

    Un échange avec la salle sera sollicité, à la recherche de stratégies pour que les apprenants tirent un plus grand profit des activités de la plateforme Moodle.

    • Powerpoint de la présentation

    • Section 3